Archives mensuelles : juillet 2014

Critiques de « Coccinelles »

« – Coccinelles, d’Emilie Querbalec : Sans doute mon texte préféré ! L’auteur traite avec une finesse poétique remarquable de la maternité, du rapport de la mère à l’enfant juste après la naissance, de « cet autre issu de soi que représente pour sa mère le nouveau-né », de cette sorte d’ »inquiétante étrangeté » qu’il suscite aux yeux de celle qui vient de le mettre au monde. A lire absolument ! »

Naurile

Pour lire tout l’article dans les lectures de Naurile.


« Coccinelles (Émilie Querbalec, illustré par Merrion)

Un dérangeant baby blues de quelques pages, le mal-être est organique et contamine facilement le lecteur. Ce texte m’a laissé sur ma faim, j’aurais aimé en savoir plus sur ce qui peut ronger le protagoniste – sûrement un effet voulu. Joli dessin aussi. »

Le Tigre

Pour lire tout l’article sur Quand le Tigre Lit.


“Coccinelles » est une très belle réflexion sur le statut de mère, et l’individu parfois désemparé face à sa propre progéniture, dans une société culturellement nataliste où l’on est mal vu lorsqu’on ne veut pas se reproduire, et où il est impensable que l’amour des parents pour leur enfant ne soit pas automatique, inconditionnel, total, et étouffant parfois. »

Ninik

Pour lire tout l’article sur Have a Break, Have a Book.


« […] confrontations mère-enfant sensibles et prenantes dans un « Coccinelles » tout en ellipses délicates comme l’est l’amour maternel […] »

Jean-Michel Calvez

Pour lire tout l’article sur Nouvelle Donne.


« La naissance d’un enfant, à l’hôpital… mais celui-ci attire les coccinelles.
Je n’ai pas tout compris à l’histoire. »

Yuya

Pour lire tout l’article sur Les Lectures de Yuya


« Un récit qui s’amorce avec l’appréhension d’une mère face à son nouveau-né. Un sujet d’actualité, parce que ma femme devrait accoucher au mois de mars. Comment réagir face à cette petite chose inhumaine et rosée, qui ne ressemble qu’à une créature venue d’un autre monde? L’auteur à bien mit en place le sentiment contradictoire de la mère envers le bébé envahissant. L’intrusion des coccinelles fait chavirer la certitude. La fin nous laisse tirer nos propres conclusions, folie ou autre chose? »

Sylvain Johnson

Pour lire tout l’article sur le blog de Sylvain Johnson


 » Une jeune femme accouche à l’hôpital où son bébé est ennuyé par des coccinelles. Je n’ai rien compris à l’histoire et, de nouveau, pas très bien vu le rapport avec la folie (…). »

Lauryn

Pour lire tout l’article sur Lauryn-Books


« Cette nouvelle m’a laissée très sceptique. Je n’ai pas réussi à lui trouver de réel intérêt et je n’ai pas vu de rapport avec la folie. Il y a sûrement quelque chose qui m’a échappé. »

Aude

Pour lire  tout l’article sur Carnets de Lecture de Aude


Pour avoir la liste exhaustive des chroniques du recueil


Critiques de « Main Verte ».

« Main verte d’Émilie Querbalec montre l’exploitation du don d’un enfant par un adulte. Dans ce futur où la terre est polluée, le seul moyen de faire pousser une plante réside dans le don d’un enfant, mais son pouvoir s’épuise au plus grand énervement de sa mère. Son projet n’attend pas.
Idée plutôt originale que cette mère obsédée par son bien-être au détriment de son enfant qu’elle surmène pour accélérer ses visées. « 

François Shnebelen, YOZONE

Pour lire tout la chronique de ce numéro d’Etherval sur YOZONE.


 

 

« Main Verte –  Émilie Querbalec

On l’appelle « Main Verte », cet enfant difforme à la capacité surprenante. Sa vieille mère a fait de lui un animal de foire, un être parfois adulé, parfois maudit.

Un texte simple avec une sensation de déjà vu. C’est pourtant un thème toujours efficace. Pour ma part, j’ai bien aimé la manière dont il a été abordé, de même que la plume de l’auteure. »

Pour lire tout la chronique de ce numéro d’Etherval sur La Magie des Mots

 

Ou qui ne suis-je pas…

Du noir, encore du noir, avec ses déclinaisons macabres ou grinçantes; mais aussi de la lumière, avec de la douceur, de la beauté, de l’amour et de l’espoir, voilà ce que vous trouverez dans mes histoires. Elles vous feront parfois rire, parfois pleurer, parfois un peu des deux; il y a celles qui déménagent et celles qui apaisent, celles qui font voyager et celles qui font réfléchir…

À part ça, je n’ai pas toujours écrit dans ma vie. J’ai passé deux ou trois diplômes dans des branches complètement différentes, exercé au moins dix métiers. J’ai eu une passion pour la photographie et les voyages, puis la danse. En fait, je m’intéresse à tout, et on peut dire que cette dispersion est à la fois ma faiblesse et ma force.

En tous cas, elle nourrit mes histoires… Bonne lecture!

 

 

« Coccinelles », dans le recueil collectif « Folie(s) »

Coccinelles est l’une de mes toutes premières tentatives d’écriture … Il fallait bien une poignée de fous pour y croire! Merci à eux.

Couverture de Cham


Folie(s)

18 textes échappés de l’asile.


Où le trouver ?

Critiques.


Pour en savoir plus sur les Les Artistes Fous Associés

Main Verte – dans Etherval n°4

Une nouvelle de fantasy post-apo, dont l’idée m’est venue un matin de printemps…
Couverture d'AkiSae

Couverture d’AkiSae


Présentation de l’éditeur : Les pluies noires se déchaînent et le monde n’est plus ce qu’il était. Les hommes peinent à survivre et plus rien ne pousse sur le sol dévasté. Pourtant, un jeune homme détient un don rare entre ses mains. Encore faudrait-il que celui-ci ne soit pas si erratique…


Où la trouver ?
Amazon
Critiques.

La Reine de Zangalar

Ma toute première histoire publiée, en février 2014…

Couverture de Coralie Ruiz

Couverture de Coralie Ruiz


Présentation de l’éditeur : Haine et folie dansent dans le cœur abîmé de la Reine Analaya de Zangalar à mesure que s’estompent les effets de ses élixirs de jeunesse. C’est alors qu’elle découvre une réplique d’elle, adolescente, fabriquée secrètement par son époux. Au même moment, son souverain — Zangalar aux mille vies — combat dans l’arène les guerriers les plus puissants des douze mondes habités, dont le prix décennal est l’immortalité.
Zangalar, toujours triomphant, affronte cette fois de nouveaux ennemis : un Nadjam, soldat clone dernière génération, et… le pire de tous : la jalousie vengeresse de la vieillissante Analaya !
Le sang répandu sera-t-il celui du roi jusqu’alors invaincu ?


Où la trouver ?

Amazon
Fnac