Archives de l’auteur : emiliequerbalec

Vestiges, de Laurence Suhner, aux éditions l’Atalante

Vestiges est le premier tome de la trilogie Quantika, et cela faisait un moment que je lorgnais du côté de ce roman. Il se trouve que l’auteur était en dédicace aux Utopiales 2016 à Nantes, c’était l’occasion de découvrir son univers !

Et, et, et…. Je l’avoue, oui, j’ai ADORÉ !

Vestiges_Roman L.Suhner

Alors de quoi ça parle ? Gemma est une planète de glace, en cours de colonisation. La richesse de son sous-sol attire les industries en manque de ressources, sa faune microbiologique et ses spécificités géologiques en font un terrain d’étude passionnant pour les scientifiques. D’ailleurs, Gemma a une particularité, et pas des moindres : elle a été visitée il y a douze mille ans par une civilisation extra-terrestre qui a laissé derrière elle un mystérieux et impénétrable artefact en orbite. Cette ombre inquiétante alimente les fantasmes et les peurs des colons, et sans doute leur présence constitue-t-elle un frein à une implantation massive de l’homme. Sans compter que depuis dix ans, d’étranges et terrifiants événements se produisent à la surface, en un point baptisé « point de collapsus », où des distorsions spatio-temporelles inexpliquées détruisent convois et installations humaines.

Le professeur Stanislas, physicien, étudie ces phénomènes. Retranché dans une ancienne station climatologique avec une poignée de collègues, il n’a de cesse de percer le secret de ces paradoxes. Les hypothèses vont bon train, toutes plus farfelues les unes que les autres. S’agit-il d’une sorte de machine qui détraquerait la réalité ? Sa fille Kya, à peine sortie de l’adolescence, supporte mal le manque d’attention de ce père qui a la tête dans ses calculs plus qu’il ne l’écoute. Son besoin de liberté la pousse à rejoindre les Enfants de Gemma, une bande de guérilleros qui luttent pour la libération de leur planète. Tout se précipite lorsqu’une équipe de scientifiques dirigée par Ambre Pasquier débarque en bordure du glacier. Leur objectif : mettre à jour de très anciens vestiges enfouis dans les profondeurs de Gemma. Vestiges qui, curieusement, se trouvent pile dans l’axe du point de Collapsus. Comment Ambre Pasquier a-t-elle su où orienter ses fouilles est encore une énigme, car elle n’a confié à personne ces rêves qui la hantent, où une voix la guide à travers ces portiques assombris jusqu’à une porte, l’enjoignant à danser au rythme de ses pulsations. Les spécialistes qui l’entourent ne se doutent pas qu’ils sont en train d’ouvrir la boîte de Pandore…

Cela faisait longtemps que je n’avais pas été aussi captivée par une lecture. Si vous voulez vous faire une petite idée de ce magnifique planet opera, jetez d’abord un coup d’œil à la couverture, absolument somptueuse. Voyage, quête d’absolu et exploration sont au rendez-vous, mais dans une langue et avec des personnages modernes, qui pourront même paraître familiers. L’impression de réalité est jouissive, pour un peu, on s’y croirait. Le background scientifique est solide, très documenté, savoureux, mais comme de juste lorsqu’il s’agit de rencontre avec le troisième type, la dimension philosophique, voire mystique, est tout aussi prégnante. En résumé, tout est bon, dans Vestige ! On y trouve le plaisir tout simple de tourner les pages avec avidité pour connaître la suite de chaque chapitre, le plaisir du rêve et du voyage, de la plongée dans l’imaginaire, le plaisir de s’attacher à des personnages, de se laisser guider par leurs passions, leurs réflexions ou leurs aventures, le tout servi avec une narration et un style à la fois efficace et imagé.

La petite frustration, c’est que le tome 1 s’achève sur un suspense. La bonne nouvelle, en ce qui me concerne, c’est que les tomes 2 et 3 sont déjà parus!

En attendant, si vous êtes curieux ou si comme moi, vous avez envie de prolonger encore votre visite de cet univers, il est possible de découvrir plus de facettes du monde de Quantika sur le site de l’auteur http://www.quantika-sf.com

Dernières parutions pour cette fin d’année

En numérique cette fois, j’ai la joie et l’honneur (oui, ça fait beaucoup, mais c’est Galaxies, quand même!!! ) de voir une de mes nouvelles rejoindre le sommaire de la version numérique du numéro 44  : « Conversation avec un ange » est un texte de SF expérimental (dans sa forme, en tous cas!) , sur le thème de la non-violence et de la transmission intergénérationnelle. Le titre n’apparaît pas dans la couverture du e-Galaxie, mais le cœur y est, si si :).

Pour se le procurer, c’est par là !

Et dernière petite publication de l’année 2016, une fantaisie sur le thème de l’invention révolutionnaire dans le Etherval numérique N°9! Si vous voulez savoir quel est le rapport entre Nicéphore Niepce et Erwin Schrödinger, lisez ma « Camera Obscura »… :p

Pour se procurer la revue :

  • Sur Amazon (au prix ultra imbattable de 3€)
  • Sur le site de la revue Etherval

 

 

 

 

Et sur ces bonnes nouvelles, je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année!

Critiques de « Pour une Étincelle d’amour »

« Troisième au classement, Émilie Querbalec nous offre “Pour une simple étincelle d’amour”, histoire d’un capitaine d’industrie qui délocalise son laboratoire sur Mars pour échapper à la censure de la Terre et promouvoir le projet qui lui tient à cœur : la réalisation d’une intelligence artificielle, but atteint en la personne de son assistante. Notre héros meurt dans ses bras des suites d’une longue maladie comme l’on dit pudiquement, et le récit verse ensuite dans le cheminement moral des deux autres protagonistes de l’intrigue, l’assistante bien sûr, et la directrice-adjointe, œil de la Terre dans le laboratoire. L’histoire est plaisante, le style fluide. On sent qu’Émilie Querbalec a un peu plus de métier que l’auteure précédente, ce que confirme une rapide recherche puisqu’elle a publié une bonne dizaine de nouvelles dans des supports comme « Etherval » ou l’anthologie « Malpertuis ».

Par Didier Reboussin, sur Yozone

« Pour une simple étincelle d’amour, d’Emilie Querbalec (3e prix) : Une nouvelle touchante où, sur Mars, une androïde découvre ses propres sentiments après s’être liée à son créateur. C’est si beau que la sous-intrigue de complot qui s’y greffe n’était peut-être même pas nécessaire. Très bon texte toutefois »

Par Phil Becker, sur Écriture et S3F

Du rififi chez les AFA et AOC

Cette fin d’année est riche en émotions avec la sortie de l’AOC 42 et de l’anthologie annuelle très attendue des Artistes Fous Associés (sur le joyeux thème de « La Mort »).

Je m’étais lancée dans l’écriture de « Venus Requiem » avec juste une première phrase en tête, et la vision de la Delphinienne qui jongle avec ses bulles de verre. Vénus, le personnage central, s’est imposée d’elle-même.

Couv La Mort de Jo Deadstar Lapinou pour les AFA

Couv La Mort de Jo Deadstar Lapinou pour les AFA

Actuellement en précommande sur le site des AFA

 

 

 

 

 

 

 

« Pour une étincelle d’amour » est une variation romanesque et martienne sur le thème de la singularité technologique, 3ème prix au concours Visions du Futur 2016.

Illustration Virgilles http://www.virgilles.fr

Illustration Virgilles
http://www.virgilles.fr

 

Pour une simple étincelle d’amour, dans AOC Visions du futur 2016

Le voici, le voilà enfin en vente sur la boutique en ligne du Club Présences d’Esprits, le numéro 42 d’AOC consacré au concours Visions du Futur 2016!

Au sommaire:

Premier prix : Orwell m’a tu de Bruno Pochesci

Deuxième prix : Singularité(s) d’ Éric Morlevat

Troisième prix : Pour une simple étincelle d’amour d’Émilie Querbalec

Accessit : Pour quelques patates de plus de Mélody Gervais

Illustration Virgilles http://www.virgilles.fr

Illustration Virgilles
http://www.virgilles.fr

 

Pour l’acheter (au prix ultra imbattable de 3.50 €)

Pour lire les premiers avis et critiques

 

 

 

Prix Vision du Futur

Avant de partir en vacances, il faut tout de même que je vous parle d’une surprise qui a illuminé un mois de Juin par ailleurs fort pluvieux.

Car j’ai eu la surprise de voir ma participation au concours Vision du Futur distinguée par un 3ème prix, derrière Bruno Pochesci et Éric Morlevat! De très jeunes talents ont aussi été remarqués lors de la remise de prix vous pourrez découvrir leurs noms ici :

Palmarès du concours Vision du Futur

En ce qui me concerne, c’était ma première participation à ce concours qui récompense chaque année des auteurs de nouvelles, amateurs confirmés ou non :).  Ça a été un moment vraiment  fort en émotions, et l’occasion de revoir ou rencontrer des personnes très sympas, des passionnés dont le cœur bat au rythme des 3F des littératures de l’imaginaire.

Pour la petite histoire : cette nouvelle, je l’avais commencée pour répondre à un appel à textes sur le thème des robots et Asimov, mais de fil en aiguille, l’histoire s’est développée, et je me suis rendu compte que je partais sur le thème de la singularité technologique.

Si vous ne connaissez pas trop ce sujet, je vous conseille la lecture (en anglais, malheureusement) de ce petit livre très bien fait (que je n’ai pas lu encore en entier, je précise, mais qui fourmille d’idées très inspirantes!) : The Technological Singularity. (Murray Shanahan, MIT Press).

The technological singularity_MIT Press

 

 

 

 

 

 

 

 

Bref, je me suis alors rappelé qu’il y avait un concours dont l’un des thèmes était, justement, « La singularité ». Ça tombait bien!

Vous pourrez la découvrir cet automne, dans le numéro de AOC.

Sur ce, je vous souhaite un bel été, avec bien sûr, de beaux moments de lecture!